En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de services tiers pouvant installer des cookies.  En savoir plus et paramétrer

BREXIT :

L'analyse de notre partenaire SCHRODERS


L'Union Européenne (UE) et le Royaume-Uni ont récemment annoncé qu'un accord de retrait révisé avait été trouvé et que la période de sortie du Royaume-Uni de l'UE a été prolongée jusqu'au 31 janvier 2020, dans le cadre d'un accord de "flextension". En plus de ces développements, le Parlement Britannique a promulgué un projet de loi pour l'organisation d'élections générales le 12 décembre prochain.

L'utilisation du terme "flextension", ou extension flexible, est hautement politique et clairement conçue pour aider le gouvernement dans ses efforts pour finaliser le Brexit. En réalité, les deux prorogations précédentes étaient également souples dans la mesure où, si le Royaume-Uni s'était mis d'accord sur une voie à suivre (accord ou autre), il aurait pu quitter l'UE avant ces échéances.


Maintenant que l'organisation d'élections est confirmée, une campagne acharnée s'ouvre. Selon de récents sondages d'opinion, les conservateurs ont une longueur d'avance sur le parti travailliste et devraient remporter les élections avec une majorité raisonnable. Cela pourrait bien sûr changer tout au long de la campagne, comme l'ancienne première ministre Theresa May en a d'ailleurs fait les frais en 2017.
La principale menace pour le gouvernement conservateur est le Parti du Brexit (Brexit Party). Dirigé par Nigel Farage, il souhaite que le Brexit ait lieu le plus tôt possible, et sans accord. Cette version du Brexit pourrait attirer suffisamment d'électeurs pour diviser les « Pro-Brexiter » et finalement permettre au parti travailliste de faire mieux qu'anticiper. Toutefois, si le gouvernement obtient la majorité attendue, il pourra faire passer sa dernière version de l'accord sur le Brexit par le biais d'une procédure législative et ce avec peu de résistance.

Pour l'économie britannique, un Brexit en douceur accompagné d'une période de transition élimine un risque important de détérioration.
On pourrait en effet s'attendre à ce que les investissements des entreprises rebondissent avec la réduction de l'incertitude, tandis que les ménages pourraient aussi augmenter leurs dépenses. La récente accumulation de stocks pourrait certes freiner la croissance, les entreprises passant d'abord par une phase de déstockage, mais celle-ci devrait être terminée d'ici la fin de 2020. Dans l'ensemble, nous devrions donc observer une accélération progressive de la croissance du PIB et un retour de la confiance.

En ce qui concerne les entreprises, depuis 2016 et le résultat du vote, les plus petites capitalisations, généralement plus fortement exposées au marché intérieur, ont sous-performé les grandes sociétés bien plus ouvertes sur l'extérieur et exposées à l'économie mondiale. Cela s'est expliqué par la forte baisse de la livre sterling et les craintes d'un impact négatif d'un Brexit « dur ».
Plus récemment, les plus petites capitalisations ont rebondi et surperformé, en ligne avec la forte appréciation de la livre sterling et les perspectives d'un Brexit en douceur.


Source : Schroders – 6 novembre 2019




AVERTISSEMENT
Le contenu de ce document est destiné aux particuliers et aux investisseurs non professionnels.

Ce document exprime les opinions de l'équipe macroéconomie de Schroders et ne représente pas nécessairement les opinions formulées ou reflétées dans d'autres supports de communication, présentations de stratégies ou de fonds de Schroders.

Ce document n'est destiné qu'à des fins d'information et ne constitue nullement une publication à caractère promotionnel. Il ne constitue pas une offre ou une sollicitation d'achat ou de vente d'un instrument financier quelconque. Il n'y a pas lieu de considérer le présent document comme contenant des recommandations en matière comptable, juridique ou fiscale, ou d'investissements. Schroders considère que les informations contenues dans ce document sont fiables, mais n'en garantit ni l'exhaustivité ni l'exactitude. Nous déclinons toute responsabilité pour toute opinion erronée ou pour toute appréciation erronée des faits. Aucun investissement et/ou aucune décision d'ordre stratégique ne doit se fonder sur les opinions et les informations contenues dans ce document.

Les performances passées ne sont pas un indicateur fiable des performances futures. Les cours des actions ainsi que le revenu qui en découle peuvent évoluer à la baisse comme à la hausse et les investisseurs peuvent ne pas récupérer le montant qu'ils ont investi.

Les prévisions contenues dans le présent document résultent de modèles statistiques, fondés sur un certain nombre d'hypothèses.

Elles sont soumises à un degré élevé d'incertitude concernant l'évolution de certains facteurs économiques et de marché susceptibles d'affecter la performance future réelle. Les prévisions sont fournies à titre d'information à la date d'aujourd'hui. Nos hypothèses peuvent changer sensiblement au gré de l'évolution possible des hypothèses sous-jacentes notamment, entre autres, l'évolution des conditions économiques et de marché. Nous ne sommes tenus à l'obligation de vous communiquer des mises à jour ou des modifications de ces prévisions au fur et à mesure de l'évolution des conditions économiques, des marchés, de nos modèles ou d'autres facteurs.