En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de services tiers pouvant installer des cookies.  En savoir plus et paramétrer

Document promotionnel destiné à des clients non-professionnels au titre de la Directive MIF II (2014/65/UE)

Actualité des marchés

Flash hebdomadaire du 27/01/20


A retenir

  • Légère baisse des principales places financières.
  • Stabilisation des indicateurs avancés (confiance des directeurs d’achats).
  • Statu quo de la Banque Centrale Européenne (BCE).
  • Résultats d’entreprises pour le 4ème trimestre au dessus des attentes.
  • Inquiétudes liées à la propagation de l’épidémie de coronavirus en Chine et ses répercussions sur l’économie.



Etats-Unis:

  • La première estimation pour le mois de janvier de la confiance des directeurs d’achats s’établit à 53.1 contre 52.5 prévu et 52.7 le mois précédent..

  • La construction résidentielle a été dynamique en décembre, les mises en chantier ayant bondi de 16.9% en raison notamment d’une météo clémente. Sur la semaine écoulée, les demandes d’allocations chômage progressent moins qu’attendu à 211 000 contre un consensus de 214 000.

  • La saison des publications de résultats au titre du 4ème trimestre débute sur une tendance positive avec 68% de résultats supérieurs aux attentes pour les 80 sociétés du S&P500 ayant dévoilé leurs chiffres.

  • Les débats du procès en destitution du président Trump se focalisent sur l’audition des témoins et opposent les camps démocrate et républicain, ce dernier détenant la majorité au sénat. Au sommet de Davos, M. Trump a évoqué l’espoir de conclure un accord commercial avec l’Union Européenne, mais averti qu’il pourrait relever les droits de douane en particulier sur l’automobile.

Europe:

  • Le moral des investisseurs en Allemagne s'est amélioré bien plus qu'attendu en janvier soulignant l'impact bénéfique du compromis commercial entre les Etats-Unis et la Chine qui permet d'espérer que l'économie allemande sera moins affectée qu'anticipé. L'indice ZEW du sentiment des investisseurs est remonté à 26.7 après 10.7 en décembre, son plus haut niveau depuis juillet 2015. Les économistes prévoyaient en moyenne un rebond plus limité à 15.0.

  • Les premiers résultats des enquêtes auprès des directeurs d’achats confirment une stabilisation des indicateurs PMI dans la Zone euro au mois de janvier. L’indice « flash » composite s’est maintenu à 50.9 points alors que le consensus attendait une hausse à 51.2. La composante manufacturière en contraction depuis plusieurs mois surprend positivement à 47.8 après 46.3 en décembre (contre 46.8 attendu) tandis que les services reculent légèrement à 52.2 après 52.8 le mois précédent. L’Allemagne se distingue par la remontée de son indice manufacturier et l’accélération du secteur des services.

Pays émergents:

  • Les marchés émergents sont en baisse sur la semaine sur des craintes de propagation du coronavirus et à la veille de la fermeture en Chine des marchés financiers pour les célébrations du Nouvel An. Les investisseurs craignent en effet un impact sur la consommation dans un contexte de croissance économique plus faible. Toutefois, la décision de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) de ne pas décréter de situation d’urgence internationale pourrait les rassurer.

  • Le Fonds Monétaire International (FMI) a révisé à la baisse de 0.2 point ses prévisions de croissance pour les pays émergents à 3.7% en 2019 et 4.4% en 2020. Cette révision s’explique en grande partie par la baisse de la croissance attendue en Inde de 1.2 points à 5.8% en 2020. Le pays déçoit par le fléchissement de sa demande intérieure plus marquée que prévu et des tensions sur le secteur financier. La prévision de croissance chinoise est quant à elle revue à la hausse à 6% pour 2020 (+0.2 point).

Taux:

  • Christine Lagarde, à l’occasion de sa deuxième intervention en tant que présidente de la BCE, a donné le coup d’envoi à un audit de la stratégie. L'institution n'a plus atteint depuis plusieurs années son objectif de taux d'inflation "inférieur à mais proche de 2%" en dépit des mesures exceptionnelles prises pour soutenir l'activité, le crédit et le niveau des prix. Sans être plus explicite, la présidente de la BCE a indiqué que cet audit portera essentiellement sur la mesure des prix, la définition de la cible et les actions à mettre en œuvre pour l’atteindre.

  • L'examen de la stratégie concernera aussi la manière dont la BCE intègre l'impact économique du changement climatique dans ses modèles et ses prévisions.

  • Le Conseil des gouverneurs n'a pas modifié sa politique monétaire et a réaffirmé ses engagements à poursuivre ses achats de titres sur les marchés et à réduire encore les taux d'intérêt si nécessaire, pour favoriser la remontée de l'inflation vers son objectif.

  • Le taux de refinancement de la BCE reste fixé à zéro, le taux de la facilité de prêt marginal à 0.25% et surtout, le taux de la facilité de dépôt reste à -0.5%.

Nos convictions du premier trimestre 2020

Nous privilégions une grande diversification des portefeuilles, tout en maintenant un biais positif sur les actions.

Le graphique de la semaine


null
MENTIONS LÉGALES ET CONDITIONS
  • Les chiffres cités ont trait aux années écoulées. Les performances ne sont pas constantes dans le temps et ne préjugent pas des performances futures.
  • Avertissement :
    Les informations contenues dans ce document ont été obtenues ou sont fondées sur des sources réputées fiables, mais n'ont pas été vérifiées directement et leur exactitude n'est pas garantie bien que Milleis Banque les considère comme exactes.
    Par ailleurs, les analyses ont été établies à partir des informations disponibles à la date indiquée dans ce document, et sont susceptibles d'évoluer. Elles n'ont qu'une valeur indicative et une portée générale. Elles ne sauraient constituer en aucune manière un engagement contractuel, un conseil ou une quelconque proposition d'investissement de la part de Milleis Banque.
    Il est rappelé que la valeur de tout investissement est susceptible de fluctuer en fonction de l'évolution des marchés financiers.
    Milleis Banque ne peut être tenue responsable des conséquences financières ou de quelque nature que ce soit résultant d'une décision d'investissement ou de toute action découlant de la lecture du présent document.
    Ce document n'est pas destiné à être distribué ou utilisé par une personne ou une entité, dans un pays où sa publication ou son accessibilité ou utilisation serait contraire aux règles locales, en ce compris les Etats-Unis d'Amérique.
    Ce document ne peut être reproduit, en tout ou partie, sans l'accord préalable écrit de Milleis Banque. Le contenu de ce document n'a pas été approuvé par une quelconque autorité.
  • Milleis Banque - Société Anonyme au capital de 55 299 999,66 euros - Siège social : 32 avenue George V - 75008 Paris - Immatriculée au Registre du Commerce et des Sociétés de Paris sous le n° B 344 748 041 - Agréée et contrôlée par l'Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution - 61 rue Taitbout - 75436 Paris Cedex 09 - et l'Autorité des Marchés Financiers - 17 place de la Bourse - 75082 Paris Cedex 02 - en qualité d'établissement de crédit et de prestataire de services d'investissement, habilitée en qualité de teneur de compte conservateur Immatriculation d'intermédiaire en assurance sur le registre ORIAS (www.orias.fr) n° 17002533.
  • Document promotionnel destiné à des clients non-professionnels au titre de la Directive MIF II (2014/65/UE).