Document promotionnel destiné à des clients non-professionnels au titre de la Directive MIF II (2014/65/UE)
Publié le 10 septembre 2018

Comment la gestion s'adapte au nouveau contexte des taux d'intérêt ?

Après une analyse macro-économique, découvrons comment la gestion s'adapte à un contexte de normalisation des taux d'intérêt.

L'inflation se redresse progressivement

L'inflation (exprimée en pourcentage), désigne la perte de pouvoir d'achat de la monnaie se matérialisant par l'augmentation constante du niveau général des prix des biens et des services, affectant le pouvoir d'achat. C'est un des indicateurs clé des Banques Centrales pour déterminer leur politique. Rétrospective...

La période de forte inflation qui a culminé en 1981 après le choc pétrolier de 1979, poussant la hausse des prix à 13,73 % en France et à 12,52% aux USA en 1980, a fait place ensuite à une longue séquence de recul de l'inflation et des taux d'intérêt.

L'inflation se redresse ensuite progressivement depuis 2016 avec l'accélération synchronisée de la croissance mondiale la plus large depuis 2010, le rebond des cours du pétrole, et des signes de hausses de salaires dans les pays où le taux de chômage est au plus bas comme aux USA, entraînant des pénuries de main d'œuvre dans certains secteurs. L'indice des prix à la consommation a progressé en rythme annuel en juillet de 2,1  % en zone Euro dépassant l'objectif de 2% fixé par la Banque Centrale Européenne (BCE). Toutefois, l'inflation sous-jacente (hors énergie et alimentation) n'est que de 1,3%. Aux Etats-Unis, l'indice des prix à la consommation a progressé en rythme annuel de 2,9 % en juillet 2018, son plus haut niveau depuis 2012. L'inflation sous-jacente (hors énergie et alimentation) est à son plus haut niveau depuis 2008 à 2,4  %, dépassant l'objectif de 2% fixé par la Réserve Fédérale (FED). Elle est le marqueur le plus significatif de la tendance de fond de l'inflation.

Toutefois, des  phénomènes structurels comme la globalisation, la hausse de la productivité et l'émergence de pratiques d'augmentation de salaire alternatives,  constituent des forces de rappel significatives pouvant peser sur le niveau d'inflation.

*Indice des prix à la consommation = Consumer Price Index (CPI)

Les Banques Centrales normalisent leur politique graduellement

Les Banques Centrales ont mis en place aux USA et en Europe, selon des calendriers et des modalités propres, une politique de baisse des taux d'intérêt et des stratégies dites « non conventionnelles », destinées à lutter contre les effets de la crise financière de 2008.

Ces politiques ont contribué à remettre les USA sur le chemin de la croissance, puis plus tard l'Europe. L'enjeu actuel des Banques Centrales est de mener à bien une phase de normalisation, en adoptant un rythme pragmatique évitant le risque d'affecter la croissance ou celui d'un laxisme néfaste à l'inflation et au crédit, tout en acclimatant les marchés financiers à leur stratégie.

Ainsi, la bonne santé de l'économie américaine a permis à la Fed dès octobre 2014 de normaliser sa politique en mettant fin à son programme d'achats d'actifs, puis à compter d'octobre 2017 de réduire la taille de son bilan. Depuis décembre 2015,  et pour la dernière fois le 13 juin 2018, la Fed a remonté à 7 reprises ses taux directeurs d'une fourchette de 0% - 0,25% à une fourchette de 1,75% - 2%,  portant leur hausse totale à 1,75%, mettant fin à sept ans de politique monétaire à « taux zéro ».

En zone euro, la croissance est estimée à 2,2 % par l'Insee en 2018. L'amélioration du marché de l'emploi est encore inégale ou insuffisante, mais l'inflation se rapproche de son objectif de 2%. C'est pourquoi, la politique de Mario Draghi reste pour le moment très accommodante ; toutefois, la BCE poursuit la réduction de son programme de rachats d'actifs de 60 à 30 Mds d'euros jusqu'en septembre 2018, de 30 à 15 Mds d'euros jusqu'en décembre 2018, date à laquelle il prendra fin. En revanche, la BCE a  indiqué que les taux actuels seront maintenus au moins jusqu'à l'été 2019.

null

 

Les marchés de taux sont plus volatils

Les marchés de taux sont entrés dans une période de plus grande volatilité. Dans ce contexte, même si les mandats de la FED et de la BCE diffèrent quelque peu, elles s'efforcent toutes les deux de communiquer de manière à donner aux marchés une bonne visibilité à leur stratégie afin d'éviter des doutes ou des interprétations erronées qui pourraient accroitre encore la volatilité.

Nous anticipons une hausse graduelle des taux actant la reprise économique,  mais estimons que le niveau des taux reste bas dans l'absolu, et singulièrement celui des taux réels à 10 ans (niveau de taux après déduction du niveau d'inflation) puisque ceux-ci sont négatifs en France à -1,34 % et -0,02% aux USA.

null


 

Comment la gestion s'adapte au nouveau contexte des taux d'intérêt ?

La gestion s'adapte à ce contexte de taux bas et de normalisation en agissant sur plusieurs leviers : notamment la diversification des diverses classes d'actif obligataire, et la recherche d'investissements conciliant une rentabilité attractive et une sensibilité raisonnable à la remontée graduelle des taux.

Cette stratégie nous amène à émettre sur les placements obligataires les opinions suivantes :

  • Opinion négative sur les obligations souveraines,
  • Opinion négative sur les obligations d'entreprises bien notées,
  • Opinion positive sur les obligations convertibles.
    Le rendement moyen est faible mais la sensibilité au marché actions attractive.
    Le bilan des entreprises s'améliore tandis que le marché primaire et la liquidité sont en amélioration.
  • Opinion positive sur les obligations à haut rendement et des pays émergents.
    Le niveau des taux de défaut des entreprises se stabilise à un niveau bas. Le risque est mieux rémunéré aux USA qu'en Europe.
  • Opinion positive sur les obligations à court terme.


MENTIONS LÉGALES ET CONDITIONS

Milleis Banque - Société Anonyme au capital de 55 299 999,66 euros - Siège social : 32 avenue George V - 75008 Paris - Immatriculée au Registre du Commerce et des Sociétés de Paris sous le n°344 748 041 - Agréée et contrôlée par l'Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution – 4 place de Budapest - 75436 Paris Cedex 09 - et l'Autorité des Marchés Financiers - 17 place de la Bourse - 75082 Paris Cedex 02 - en qualité d'établissement de crédit et de prestataire de services d'investissement, habilitée en qualité de teneur de compte conservateur – Immatriculée en qualité d'intermédiaire en assurance sur le registre ORIAS (www.orias.fr) n° 17002533.
Ce document a été préparé par l'équipe de Gestion Déléguée de Milleis Banque, à des fins d'information uniquement. Il ne constitue ni un élément contractuel ni un conseil en investissement. Milleis Banque ne garantit ni la pertinence, ni l'exactitude, ni la complétude des informations contenues dans ce document et qui proviennent de sources externes. Les données sur les performances passées, les modèles et simulations de performances passées contenues dans ce document ne préjugent pas des performances futures. Les analyses, estimations et données de manière générale ont été établies à partir des informations disponibles à la date indiquée dans ce document, et sont susceptibles d'évoluer. La valeur de tout investissement est susceptible de fluctuer en fonction de l'évolution des marchés financiers.
Les informations contenues dans ce document ont une portée générale. Elles ne prennent pas en compte les objectifs d'investissement spécifiques, la situation financière ou les besoins particuliers d'un individu. Les investissements évoqués dans ce document pourraient ne pas convenir à certains investisseurs. Les investisseurs sont invités à solliciter les conseils d'un professionnel concernant l'adéquation des investissements à leur situation, en prenant en compte leurs objectifs d'investissement, leur situation financière et leurs besoins particuliers avant de prendre toute décision d'investissement. Milleis Banque ne fournit pas de conseil fiscal, et rien dans ce document ne devrait être considéré comme tel. De ce fait, les investisseurs sont invités à solliciter les conseils d'un professionnel fiscal indépendant, en prenant en compte leur situation particulière. Milleis Banque ne pourra pas être tenu pour responsable d'éventuels pertes ou dommages, du fait de la publication de ce document.
Les produits mentionnés dans ce document pourraient ne pas être autorisés à la vente dans certains états, ou pourraient ne pas convenir à certains types d'investisseurs. Ce document ne constitue pas un engagement, ni une offre de vente, ni une recommandation à souscrire les titres décrits dans ce document.
Ce document n'est pas destiné à être distribué ou utilisé par une personne ou une entité, dans un pays où sa publication ou son accessibilité ou son utilisation serait contraire aux règles locales, en ce compris les Etats-Unis d'Amérique. Ce document ne peut être reproduit, en tout ou partie, sans l'accord préalable écrit de Milleis Banque. Merci de ne pas prendre en compte ce document si vous pensez que cela contreviendrait à une réglementation applicable. Le contenu de ce document n'a pas été approuvé par une quelconque autorité.